L’Enfantement, entre puissance, violence et jouissance. Une dimension méconnue de la sexualité féminine 🗓

Nouveauté à paraître le 10 octobre chez Mama Éditions : « L’Enfantement, entre puissance, violence et jouissance. Une dimension méconnue de la sexualité féminine » d’Hélène Goninet.

14225597_10154120767408791_3977206882928980827_n

L’Enfantement, entre puissance, violence et jouissance. Une dimension méconnue de la sexualité féminine

Plus de trois cents femmes répondent à des questions clés sur leur expérience de l’accouchement, de l’amour et du sexe : un livre sans précédent, qui bouscule bien des idées reçues. Que ces trois cents mères aient accouché en institution ou chez elles (parce qu’elles cherchaient à vivre pleinement ce qu’elles perçoivent comme une expérience au potentiel initiatique), leurs réponses démontrent clairement la dimension sexuelle de l’enfantement. On découvre aussi que cette réalité est entourée d’un tabou généralisé (y compris pour celles qui reconnaissent avoir ressenti du plaisir ou des orgasmes au cours de leur accouchement). Autre révélation : le lieu où les femmes enfantent influe sur des critères rarement pris en compte, comme leur image d’elle-même, leur relation avec leur conjoint ou le temps nécessaire pour retrouver une sexualité épanouie. Ces témoignages racontent aussi l’extraordinaire rencontre amoureuse qui se produit entre une femme et son bébé dans les instants qui suivent la naissance, et comment ce moment crucial conditionne leur avenir à tous deux. Ce livre met également en lumière les violences faites aux femmes (le plus souvent avec les meilleures intentions du monde) dans le cadre de l’accouchement médicalisé standard dans nos pays. Outre les futurs parents, il interpellera de nombreux professionnels de santé. Accompagné d’un annuaire international d’adresses utiles. Préface de Michel Odent, responsable des services de chirurgie et de maternité de l’hôpital de Pithiviers de 1962 à 1985, et postface d’Ina May Gaskin. Schémas, dessins pédagogiques et humoristiques de grande qualité sur l’accouchement naturel, signés Lucile Gomez.

La suite

De l’art-thérapie au chant prénatal

La naissance est un moment extraordinaire dans la vie d’une personne. Instant de difficultés et de bonheurs.

Dessin réalisé en séance de musicothérapie

Dessin réalisé en séance de musicothérapie

Dans cet atelier, il est proposé un accompagnement global de la cellule familiale, à travers la prise en charge individualisée de chacun de ses membres, dans une époque de leur histoire où de grandes transformations de vies se produisent.

Le chant prénatal pratiqué ici est un moyen de communication avec le bébé, in utero. Il permet aux parents d’établir et d’affiner une relation affective avec l’enfant. Il favorise également la communication inter parentale.

C’est une aide à la préparation à l’accouchement, proposée à la future maman. Le chant prénatal est également réalisable, en parallèle à un accompagnement en haptonomie.

Ce type d’atelier met à disposition de la famille des outils de communication, provenant des pratiques de l’art-thérapie. Le pouvoir expressif de l’Art a des effets relationnels, qui l’inscrivent dans un processus de soin ou d’accompagnement à la personne.

I : Bénéfices potentiels  de la pratique de chant prénatal:

La pratique du chant prénatal, en complément concerté d’une préparation à l’accouchement, apporte à la future maman une aide à la mise au monde de l’enfant. Voici quelques exemples de bénéfices potentiels de cette pratique :

–           Apprivoiser la Vie en mouvement. Installation d’un sentiment de sécurité chez les parents..

–           Développer les liens affectifs, entre les éléments de la famille.

–           Établir ou préciser la place du futur papa, par l’apprentissage d’une qualité de communication, qui dépassera naturellement le phénomène vocal.

Et plus particulièrement, chez la future maman:

–           Pratiquer des exercices de relaxation, afin d’apprendre à se détendre.

–           Mettre en pratique des exercices de bascule du bassin, qui favorisent la diminution des douleurs dorsales.

–           « Découvrir » et mobiliser le périnée, par son implication dans la pose de voix.

–           Apprendre une technique de respiration permettant le contrôle du débit d’air et l’apprentissage d’un mode de décontraction général.

–            A travers le chant, rencontrer l’enfant.

II : Description du déroulement des ateliers :

Naturellement, la mise en œuvre de ces ateliers nécessite un travail en partenariat avec une sage femme.

–          Le chant prénatal peut être proposé vers le quatrième mois de grossesse. Sauf prescription médicale contraire. (Repos demandé pour raisons médicales.)

–          Aucune connaissance du solfège n’est requise. Juste est nécessaire l’envie de chanter.

–          L’atelier de chant prénatal offre un cadre de prise en charge de qualité, dans le respect de l’intégrité de chacun. Le secret professionnel sera de rigueur.

–           Les ateliers se déroulent dans un lieu clos au public. Le groupe doit être assuré d’une confidentialité de travail.

–           Le groupe est constitué comme lieu d’échange et de soutien.

–           Les ateliers sont organisés de façon à proposer un apprentissage ludique, d’un répertoire de chant varié, représentant la majorité des styles musicaux anciens et actuels.

–            La salle doit permettre d’éventuelles  évolutions  dans l’espace.

–            Séances d’une heure et demie.

–            Les séances se décomposent approximativement de la façon suivante dans le cas d’une pratique de groupe :

–      ½ heure de détente avec exercices de relaxation liés au chant.

–      ½ heure d’exercices divers, appliqués par le chant à la découverte de la technique vocale. Dans ces séquences, un travail est réalisé en simultané sur les problèmes rencontrés chez chacun, dans le domaine de la communication et de l’expression.

–       ½ heure de chant.

–           En travail individualisé, la séance dure une heure.

–           La périodicité des ateliers est à préciser. (Une fois /semaine ou toutes les deux semaines).

–           Il est possible après l’accouchement de continuer les séances, en travail individuel ou collectif.

La suite